Mieux connaître la CGECI

ASSEMBLEE GENERALE
L’Assemblée Générale (A.G.) est l’organe qui délibère et se prononce sur tous les thèmes majeurs des activités de la CGECI, et élit les délégués des entreprises, à titre personnel, en tant que membre du conseil national.

CONSEIL NATIONAL
Le Conseil National (C.N.), est l’organe qui définit la stratégie, la politique et les orientations générales de la CGECI. Il élit le Président de la CGECI.

CONSEIL D’ADMINISTRATION
Le Conseil d’Administration (C.A.), est l’organe qui administre la CGECI et traite ainsi de toutes les questions qui ne sont pas expressément réservées à l’A.G. ; il est présidé par le Président de la CGECI.

DIRECTION EXÉCUTIVE
La Direction Exécutive (D.E.) assure la gestion administrative, technique et financière de la CGECI, sous l’autorité du Président du Conseil d'administration.

Au niveau statutaire

Faire prévaloir la liberté d’entreprise et l’économie de marché;
Assurer la cohésion indispensable de des membres ;
Emettre son avis sur toutes questions à caractère économique et social ;
Renforcer le dialogue social avec les partenaires sociaux, l’Etat et les partenaires au développement ;
Représenter et défendre les entreprises adhérentes ainsi que celles adhérentes aux organisations professionnelles membres de  la CGECI’ notamment auprès des Pouvoirs Publics et organismes paritaires nationaux régionaux et internationaux ;
Apporter à ses membres tous concours et services en vue d’accroître l’efficacité d‘ensemble ;
Communiquer toute information visant à promouvoir et à développer le secteur privé.
Au niveau opérationnel

Se Mobiliser et s’impliquer fortement, aux niveaux stratégique et décisionnel : les entreprises peuvent être membres adhérents;
Se faire entendre et atteindre nos objectifs : communiquer doit être une obligation statutaire pour le Patronat. Mettre en synergie les capacités de lobbying de ce réseau, exercer un véritable contrepoids vis-à-vis des Pouvoirs Publics;
S'unir pour offrir le meilleur : Permettre au Président de constituer une équipe soudée pour assurer le mandat qui lui est confié. Se décider et décider ensemble : Instaurer la prise de décisions collégiales;
Se protéger et se projeter : Assurer en permanence, une veille stratégique afin d’infléchir l’action patronale et/ou de définir de nouvelles orientations en respectant l’éthique et les valeurs morales.
Au niveau fonctionnel

Promouvoir

La Flexibilité. La CGECI est une organisation orientée services-rendus aux adhérents;
L’Expertise. La CGECI se donne les moyens d’intervention suffisants et adaptés pour apporter les services directs d’appui/conseil aux adhérents;
La proximité. La CGECI privilegie la proximité avec ses adhérents;
Le développement. La CGECI vise la création d’un réseau de relations et de coopération avec les organisations patronales aux niveaux sous-régional et international;
L'implication globale. La CGECI entretient une présence soutenue dans les instances régionales (UEMOA, CEDEAO) et internationale (UE, OMC, BIT, …), fait entendre la voix du secteur privé légaliste et est partie prenante des décisions concernant le développement des entreprises;
La réactivité : La CGECI oeuvre au renforcement des relations avec les partenaires sociaux, en vue de prévenir les conflits et de promouvoir le dialogue social.

De par ses statuts du 9 mai 2005, la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI) est une union entre les groupements professionnels, les syndicats et associations professionnelles de l’industrie, du commerce, des services et de l’agriculture, régie par le Code du travail. Elle a pour mission, entre autres de :

Faire prévaloir la liberté d’entreprise et l’économie de marché;
Assurer la cohésion indispensable des membres;
Emettre son avis sur toute question à caractère économique et social;
Renforcer le dialogue social avec les Partenaires sociaux, l’Etat et les partenaires au développement;
Représenter et défendre les entreprises adhérentes ainsi que celles adhérentes aux organisations professionnelles membres de la CGECI, notamment auprès des Pouvoirs Publics et organismes paritaires nationaux, régionaux et internationaux;
Apporter à ses membres tous concours et services en vue d’accroître l’efficacité d’ensemble;
Communiquer toute information visant à promouvoir et à développer le secteur privé.

L’évolution de la représentation du patronat ivoirien est allée de pair avec le développement économique de la Côte d’Ivoire.

Ainsi, à l’association largement informelle des entreprises des années soixante à quatre vingt, d'une Côte d’Ivoire économiquement naissante, a succédé, aujourd’hui, la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI).

La CGECI est née en 2005 de la restructuration du Conseil National du Patronat Ivoirien (CNPI).
Le CNPI, créé le 4 décembre 1993, conformément au titre II de la loi n° 64-290 du 1er août 1964 portant Code du Travail, a été officiellement enregistré par la Mairie de la ville d’Abidjan sous le récépissé n° 012/MVA/SG1/94 du 30 juin 1994.

Le Conseil  a  succédé à l’Union Patronale de Côte d’Ivoire (UPACI), dissoute le 20 octobre 1993 pour des raisons structurelles et financières.
Le CNPI était une association de neuf groupements d’entreprises représentatifs des principaux secteurs d’activités professionnelles. Chaque groupement regroupait au moins 30% des entreprises, employait plus de 20% des salariés et était tenu de générer au moins 50% du chiffre d’affaires de son secteur.
En 2005, l’Assemblée générale du CNPI, faisant le constat de sa lourdeur et de ses faiblesses, admit la nécessité d’apporter une réponse holistique aux défis posés par l’environnement des affaires et la mondialisation.
Dès lors, le rassemblement du secteur privé en une organisation représentative du poids économique du monde de l’entreprise en Côte d’Ivoire s’est avéré incontournable.

Le CNPI devient alors la CGECI, une union d’associations, de groupements professionnels et d’entreprises individuelles issus de tous les secteurs d’activités.

Je mesure davantage en écrivant ces lignes, la part de responsabilité qui est désormais la mienne.

Je voudrais également rendre un hommage appuyé et mérité, à mes devanciers, qui ont su faire de la CGECI, ce qu’elle est devenue aujourd’hui : une force de proposition incontournable, qui a su au fil du temps, et patiemment, comme un tailleur de pierre, contribuer à polir la pierre du dynamisme du secteur privé en Côte d’Ivoire.

Je veux citer, Feu le Président MEYER, le Président Joseph AKA ANGHUI, le Président Marcel ZADI KESSI, Feu le Président Diack DIAWAR et le Président Jean Kacou DIAGOU.

Beaucoup d’entre vous s’interrogent sur la façon avec laquelle je compte procéder pour apporter ma pierre à l’édifice et continuer cette œuvre. Je vous rassure, qu’il n’est point question de raser et de recommencer. Nos acquis constituent un excellent point d’appui, et la base de toute action part d’une origine stable.

La CGECI, devra ainsi continuer son action en se basant sur un Tryptique constitué de 3 axes :

Renforcer et consolider notre rôle de force de proposition
Développer les services en direction des membres, notamment en ce qui concerne le renforcement des capacités des PME, la prospection de marchés dans les zones uemoa et cedeao, afin d’élargir le périmètre d’action des entreprises ivoiriennes ; la constitution, la gestion et la mise à disposition de bases de données pertinentes pour le secteur privé ivoirien et la mise en œuvre de mécanismes de facilitation pour l’accès au financement.
Défendre les intérêts de nos membres – en y intégrant la promotion de l’entreprenariat –en nous assurant d’une réelle adéquation entre la Formation des Ressources Humaines & les besoins exprimés des entreprises, gage d’efficacité compétitive.
A travers ce Tryptique, nous souhaitons relever ce challenge qui s’impose à nous, qui est de faire en sorte que la belle dynamique de croissance affichée actuellement par l’économie nationale profite encore plus au secteur privé.

Que cette année 2017 soit pour tous une année prospère, et fructueuse qui nous permettra de franchir un palier supplémentaire dans l’amélioration du climat des affaires.

A nos partenaires, je souhaite un plein succès dans toutes leurs initiatives, projets et programmes qu’ils mèneront en Côte d’Ivoire, en faveur du secteur privé.

Je souhaite également, que nos relations avec l’Etat continuent d’emprunter la voie d’un partenariat fécond au bénéfice de tous.

J’adresse également à l’ensemble du personnel de la CGECI mes vœux chaleureux de santé et d’épanouissement personnel.

Bonne année !

Vive le secteur Privé !

Vive la Côte d’Ivoire !

Le Président

Jean-Marie ACKAH

©2017 CGECI - Confédération Générale des Entreprises de Côte d'Ivoire

  • X